Bonjour Bien-Etre !

Bonjour Bien-Etre !

Au pays des contes pour petits et grands !

Posté le 11/05/2013 – Catégorie : Librairie bien-être

https://static.blog4ever.com/2012/11/720911/Contes-Enfants-Photographe-Noel-Fouque-Blog-Bien-Etre-Article.jpg

Photo de Noel Fouque - http://www.instantdeviephoto.com

https://www.facebook.com/instantdeviephoto

 

Pour compléter votre collection... ;-)

Un conte chaud et doux (pour plus de chaudoudoux partout dans le monde) !

Des contes pour aider les enfants à grandir

 

...vous trouverez ci-après quelques passages d'un conte qui je pense parlera de lui-même.

Ce conte est extrait du livre "Contes à guérir, Contes à grandir" de Jacques Salomé, un grand Monsieur, psychosociologue et écrivain, que j'aime beaucoup !

 

Le conte des Petits Bobos

 

Il était une fois deux amis qui se disputaient toujours mais qui n'arrivaient jamais à se quitter car ils tenaient beaucoup l'un à l'autre. L'un s'appelait Petit Bobo, c'était le plus colérique, l'autre Gros Bobo, c'était le plus hargneux. Ils se disputaient toujours car chacun prétendait que c'était lui qui avait le plus mal.  

 

Petit Bobo :

- Moi j'ai toujours mal. J'ai mal partout, j'ai jamais été heureux, j'ai jamais pu dire ce que je "pansais".

Gros Bobo, lui, lui répondait :
- Moi quand j'ai mal, ça fait très mal. Je souffre beaucoup, mais personne ne m'aime, personne ne veut comprendre ce que je dis en souffrant...

Comme vous devez l'imaginer, la vie de Petit et Gros Bobo n'était pas marrante car il leur arrivait à l'un et à l'autre toujours quelque chose. Pourtant on s'occupait beaucoup d'eux.

Quand Petit Bobo arrivait quelque part, on s'occupait beaucoup de lui. Ses amis préférés s'appelaient Tricostéril , Mercurochrome rouge ou incolore, Teinture d'Iode... Petit Bobo était très entouré. Son moment préféré était les premiers jours d'école, entouré de pansements...
Gros Bobo, lui, était un peu plus inquiétant. On ne savait jamais ce qu'il pouvait faire. Soit il tombait et se cassait quelque chose, soit il se redressait et se cognait la tête. Soit encore il se couchait et là, c'était des douleurs de ventre, des brûlures, des maux de gorge, des maux de tête.
Gros Bobo passait son temps à inquiéter les autres. Ses amis préférés s'appelaient Docteur, Chirurgien, Kinésithérapeute.


Dans un certain sens, Petit Bobo et Gros Bobo menaient une vie passionnante. Il faut savoir que même s'ils se disputaient toujours, c'étaient des travailleurs consciencieux et très braves. Oui, je ne vous l'ai pas dit au début mais Petit Bobo et Gros Bobo avaient tous les deux un métier important.
Oh, un métier pas très connu, car ils travaillaient plutôt dans l'ombre. Un métier difficile à expliquer car Petit Bobo et Gros Bobo étaient, comment le dire simplement, des sortes de sentinelles et des explorateurs en même temps. Oui, c'était un travail d'une grande rigueur qu'ils faisaient chacun très consciencieusement.
Et surtout, c'était un travail où les jours de repos n'existaient pas. Ils travaillaient à temps plein et avec beaucoup d’enthousiasme, vous pouvez me croire.
Il y avait des jours où Petit Bobo et Gros Bobo ne savaient où donner de la tête, et ces jours là, ils n'avaient même pas le temps de se disputer.

Vous allez certainement me dire :
- Arrêtez de tourner autour du pot, dites-nous ce qu'était ce métier ! Qu'on sache à la fin à quoi ils servent, Petit Bobo et Gros Bobo !

 

Eh bien, justement, je vais arrêter de tourner autour du pot et vous parler de peau.
Petit Bobo, ce jour-là justement, était devenu un Eczéma. Mais j'ai oublié de vous dire que Petit Bobo et Gros Bobo étaient de véritables artistes, ils étaient capables de changer de visage plusieurs fois par jour, de se déguiser en des milliers de personnages.
Petit Bobo, par exemple, pouvait d'Eczéma se transformer en Urticaire, en Psoriasis, en Herpès, en Acné, en Verrue. Ah, les verrues, il aimait beaucoup ça, il aimait beaucoup ce déguisement multiple !


Petit bobo adorait les surprises, il surgissait sans prévenir, quand une porte coinçait un doigt, quand un couteau dérapait, quand une marche d'escalier glissait. Petit Bobo, on peut le dire, ne ratait rien, il était vif comme l'éclair, il s'arrangeait pour être là quand on s'y attendait le moins !

Gros Bobo, lui, était un gros pataud plus lent, il prenait son temps, mais attention quand il se réveillait, ça faisait mal. Gros Bobo, lui, surgissait à l'intérieur. Et quand il avait trouvé sa place, il s'installait et en général, il n'aimait pas partir.
J'entends, chez vous qui me lisez, des manifestations d'impatience, chez certains, même de la colère : Il va nous le dire, oui, ce foutu métier de Petit Bobo et de Gros Bobo, il va arriver à mettre des mots dessus !


Eh bien justement, il s'agit bien de Maux. Le métier de Petit Bobo et de Gros Bobo consistait à essayer d'avertir, de prévenir, ou de témoigner même, que quelque chose n'allait pas à l'intérieur d'un petit garçon, d'une petite fille, ou d'un adulte.
Oui, Petit Bobo et Gros Bobo étaient une sorte de langage, souvent mal entendu, car dès qu'ils apparaissaient, on essayait de les réduire au silence, de les bâillonner, de les supprimer même. Eux qui tentaient de faire avec passion leur métier : avertir que quelque chose d'important n'était pas respecté dans la vie d'un enfant.

Prenons un exemple parmi des milliers : si un enfant se sentait pas entendu, incompris, ou menacé par les absences de sa Maman ou de son Papa, Petit Bobo ou Gros Bobo, au choix, surgissait, sous forme d'otites, de maux de gorge, ou de conjonctivite.


Quand un homme ou une femme se sentait en conflit à l'intérieur de lui-même en ayant dit « Oui » alors qu'il ou elle avait envie de dire « Non », quand il s'était senti obligé de faire quelque chose qui ne correspondait pas à ses croyances ou à ses valeurs, alors Petit Bobo, Gros Bobo arrivaient plein d'entrain sous forme d'angines, d'ulcères ou de mal au dos.

Petit Bobo et Gros Bobo se dévouaient sans relâche pour alerter, pour mettre en garde enfants et adultes qui restaient prisonniers d'une situation inachevée, qui avaient mal vécu, qui n'acceptaient pas une séparation, la perte d'un être cher.

(...) ils méritent notre reconnaissance. Car inlassablement ils tentent d'attirer notre attention sur notre façon de vivre pas toujours en accord avec nos besoins réels. Ils tentent de nous alerter sur l'incohérence de certaines de nos relations, sur les blessures de l'âme et du cœur. Ils veulent nous rappeler qu'il y a un lien très important entre l'état de Santé et le Respect de Soi.

Et surtout Petits Bobos et Grands Bobos sont là pour nous permettre d'être plus cohérents dans nos choix de vie.

Petits Bobos et Grands Bobos sont de véritables langages pour nous dire quand les mots nous manquent ou n'osent pas se dire.

  

Lire : Contes à guérir, Contes à grandir

 

Prenez soin de vous !

Bonjour Bien-être

 

---------------------------------------------

 

Vous avez aimé cet article... Alors, publiez-le sur votre page facebook (ou autres réseaux sociaux) via le bouton "Partager".

Merci à vous !

 

Un commentaire ? Une question ?

Envoyez-nous un message via le formulaire ci-après...



11/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 728 autres membres